Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:38

Comment sortir de cet chant mortifère de la plainte

sans cesse renouvelée

litanie envoûtante qui berce nos jours et nos nuits

souffrance innominée qui nous hypnotise

sans jamais nous lâcher un seul instant ?

 

Douleurs et souffrances sont intimements liées à la perception que nous en avons

mais aussi à la façon dont nous les appréhendons.

 

En Occident, la douleur est inacceptable, politiquement incorrecte,

encore que nous ne nous soyons réveillés un peu tard

pour comprendre et traiter la douleur des enfants malades.

 

En Orient, la douleur est Mère de la vie.

Elle témoigne de la permanece de l'être face au néant.

 

Je l'ai appris, un jour, où jeune médecin, je me trouvais confronté à un vieux monsieur,

porteur d'un cancer du foie, forme monstrueuse, au-delà de toute ressource thérapeutique.

 

Il ne restait que les dérivés de l'opium,

ce qui pour cet homme, chinois d'origine, était un clin d'oeil,

en tout cas c'est ainsi qu'il interpréta mon propos.


Il existait une potion au sirop d'oranges amères où l'on ajoutait du Laudanum,

dérivé morphinique dont les vertus antalgiques étaient bien connues

mais aux conséquences désagréables sur la conscience et l'état général.

 

Il me dit alors, avec ce sourire inoubliable :


"Docteur, laissez-moi un peu de douleur, juste un tout petit peu !"


Devant mon étonnement, il ajouta :


"Chez nous en Chine, la douleur est Mère de la Vie,

si nous souffrons, c'est que nous sommes en vie,

il faut respecter la douleur !"

 

Un choc pour moi, 12 ans d'études de thérapeutique forcenée pour entendre cela !


Humilité du médecin face à une phrase aussi grandiose !

J'ai longuement parlé avec cet homme modeste mais si fort et puissant

pour lui proposer alors cette approche encore plus écologique :

 

qu'il fabrique lui- même sa morphine, cérébrale celle-là, les endorphines,

et la Sérotonine, son propre Prozac,

et son Ocytocine, son hormone de plaisir.

 

Il m'a remercié à son tour,


et je l'ai amené, en hypnose

faire un tour, dans son bateau, sur le Yang-Tse-Kiang,

où il a revisité ses joies d'enfant, ses plaisirs d'adolescents,

ses moments de bonheur aux différentes périodes de sa vie...

 

Et pendant qu'il naviguait sur les eaux,

sa main droite flottait,

lévitation, légèreté du corps, de l'esprit aussi,


Il était une fois,

était aussi il était une foi, en soi


il était un foie ... qui n'avait plus mal,

et le vieux monsieur, souriait, sourait, souriait ...

de ce plaisir de vivre  encore.


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article

commentaires

ANNICK ENGRAND 18/11/2010 11:37


très compréhensible la réaction de ce vieux monsieur mais pour ma part, la douleur s'apparente au non controle de son corps, quelquechose que l'on subit, qui nous échappe et nous dégrade.
la douleur n'est pas ressentie identiquement par chacun de nous, pour ma part elle est à chaque fois décuplée, c'est la panique
je supporte très mal voir quelqu'un souffrir, je me sens désarmée...


Dr Victor SIMON 28/11/2010 23:20



dans la douleur, il y a trois douleurs qui s'additionnent : celles du passé, du présent et du futur. elles sont majorées par l'angoisse et le souvenir. L'hypnose permet de dissocier ces trois
douleurs et de les réduire, voire les faire disparaître



Joly Marie 07/05/2010 09:02


merci


Présentation

  • : Le blog de Dr Victor SIMON
  • Le blog de Dr Victor SIMON
  • : Comment l'hypnose ericksonienne peut être utilisée en médecine praticienne quotidienne et en psychothérapie. Utilisation complémentaire de la Thérapie Brève , de la Thérapie famiiale dans la troubles individuels, du couple, de la famille. Dans les violences faites aux femmes également.
  • Contact

Profil

  • Dr Victor SIMON
  • Médecin spécialiste
  • Médecin spécialiste

Recherche

Liens