Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 14:58

abus sexuel

 

Je reçois souvent des mails de thérapeutes ou de patients me demandant comment lutter contre les phénomènes psychiques douloureux qui parasitent désagréablement la sexualité des victimes d'abus.

Il faut tout d'abord expliquer au sujet que l'abuseur est sorti de l'interdit : on ne touche pas un enfant pour assouvir son propre désir ou sa demande de plaisir. Il y a des adultes pour y répondre.

La perversion de l'enfant n'existe pas. Freud s'est lourdement trompé. L'enfant n'est pas un pervers polymorphe (à moins qu'il ne parle de sa propre expérience, le cher Sigismund). Ou il a inventé cette théorie (jamais vérifiée) pour mieux étayer la sienne. Une de ses inventions parmi tant d'autres ! 

L'enfant peut rencontrer malheureusement un vrai pervers, qui va le pervertir, lui l'enfant, en lui imposant une séduction dans une ambiance sexualisée où il utilise la double contrainte pour obtenir ce qu'il désire.

De plus, les pervers repèrent leurs proies, comme des Vampires. Ils recherchent et reconnaissent ces enfants en souffrance, en demande d'amour, de tendresse et d'affection, ces enfants trop câlins qui adorent qu'on leur dise des mots gentils, qu'on leur manifeste du soutien et de l'affection.

Malins, les Vampires, ils fondent sur ces proies faciles, sans défense, le plus souvent investies d'une autorité ou d'une amitié familiale.

On ligote ensuite l'enfant dans le secret, et l'horreur survient.

Fascination, amour, tendresse, sexe, tout est mélangé par l'abuseur qui commet un double abus : sexuel, mais aussi abus de confiance...

Quand un des parents n'est pas complice actif ou passif, parfois les deux, au nom du silence et du scandale à éviter.

Pour survivre pendant et après cette violence, l'enfant se met dans un état de dissociation psychique, c'est à dire qu'il devient un mannequin qui laisse faire et agit sur ordre.

Il est "ailleurs", paralysé, comme mort... mais ailleurs ! Et laisse faire, et parfois même refaire, car il a pu quelquefois éprouver du plaisir. Toute muqueuse génitale excitée et caressée  donne du plaisir.

C'est là qu'apparaît, une fois de plus, l'erreur d'interprétation des victimes : j'ai laissé faire, refaire et eu du plaisir.

Erreur, ma p'tite, t'as rien demandé, et l'autre porc s'est servi de toi comme d'un objet sexuel.

Depuis ce drame, ton corps fait une confusion grave : quand tu te retrouves dans une ambiance amoureuse, de désir, de sexualité, même avec l'homme que tu aimes, la pièce se rejoue, en coulisse, et c'est la Chute !


Déconfusionner le corps et l'esprit, tout l'art de l'hypnose est là !

Les techniques de dissociation thérapeutique faites et apprises en séance permettent  à la victime de mieux contrôler ces accidents spontanés et répétitifs qui lui polluent sa vie quotidienne et sa vie sexuelle.

La régression en âge, chère à notre cher Sigismund (dommage qu'il ait si mal maîtrisé l'hypnose) permet alors de neutraliser les souffrances de l'abus et de la période post-abus sexuel.

Le sujet passe ainsi du stade de victime à celui d'acteur de sa propre vie, dont il écrit désormais librement le scénario.

Quelques techniques d'hypnose, assez simples, lui permettent enfin d'accéder au désir, puis au plaisir. Je les développe dans mon livre " Comment résoudre ses problèmes sexuels grâce à l'hypnose" Ed Le Temps Présent. Paris.

En un mot, le sujet abusé utilise la dissociation pour se protéger, il devient un expert en dissociation, donc en hypnose pathologique.

A nous de le transformer en expert de la dissociation thérapeutique ,

pour son bon plaisir, le sien !



Partager cet article

Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article

commentaires

pascal 26/11/2016 11:35

Bonjour Docteur,

je viens de lire votre article, j'ai 52 ans et après des années d' errance et de dépression, je me suis rendu a une hypnose dans une thérapie breve, jai entendu, cuirrasse, deuil burnout et le pedophile n'y est pas pour rien. Jai alors fait des rêves de ce pedophile venu dans ma chambre alors que j'etais dans une chorale. Apres cette thérapie ratée je me suis rendu chez une psychanalyste pendant 6 mois et encore rien... Depuis peu et après 4 seances je suis chez un psychologue ... Mais je voudrais votre avis sur la question

Merci d'avance

Dr Victor SIMON 09/01/2017 12:29

Vous êtes manifestement victime d'un syndrome traumatique post-abus sexuel.
Il faut développer une approche spécifique pour vous en sortir.
Tant que la prise en charge sur l'abus n'aura pas été effectuée, vous risquez de ne pas avancer dans la vie !

jessica 05/09/2010 16:49


Bonjour ,

Je vien de lire votre article avec attention , j'ai vécu ce drame de mes 5 ans jusqu'à mes 9 ans .
Je vis actuellement un enfer au niveau de ma vie sexuelle , je n'ai que 25 ans et plus aucun désir , ni aucun plaisir et du dégout pour le sexe. J'ai pourtant 1 enfant , j'ai forcément des rapports
avec mon conjoint mais il sont forcé ( conseil de ma gynéco ).
Depuis plus d'un ans je vis un enfer psychologique car je subis de trés forte angoisse , j'essaye de m'en sortir , mais cela devient trés dur. Je me demande si tous mes problème ne sont pas dû à
mon enfance .
Dans tous les cas , votre explication ma fait comprendre beaucoup de choses.


Dr Victor SIMON 28/11/2010 23:23



désolé de ma réponse tardive, j'avais un problème avec mes différents ordinateurs et je n'avais plus la connexion avec mon blog.


c'est réparé.


il y a un double travail, assez simple et rapide à faire pour votre problème


prenez RV au Centre 01 45 00 46 10, nous pourrons envisager ensemble l'approche qui vous conviendra le mieux



Présentation

  • : Le blog de Dr Victor SIMON
  • Le blog de Dr Victor SIMON
  • : Comment l'hypnose ericksonienne peut être utilisée en médecine praticienne quotidienne et en psychothérapie. Utilisation complémentaire de la Thérapie Brève , de la Thérapie famiiale dans la troubles individuels, du couple, de la famille. Dans les violences faites aux femmes également.
  • Contact

Profil

  • Dr Victor SIMON
  • Médecin spécialiste
  • Médecin spécialiste

Recherche

Liens