Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 09:35
1°couv

Attachement sécure, disent les psy.
Attachement insécure aussi.
Toute la différence, se joue pour la vie dans le « in ».

Je tombe dans le panier sécure : c’est gagné !

Je suis chéri, aimé, stimulé, papouillé, embrassé, dévoré des pieds aux oreilles.
 Ils ne vont jamais s’arrêter ces gens-là qui n’arrêtent pas de me toucher, me laver, me porter, me manipuler dans tous les sens.
Et hop on me balance, et hop on me jette en l’air et hop on me secoue dans ces drôles de cannes à roulettes.

Et pourquoi je dois regarder tous ces gens dans la rue, que je ne connais pas, pendant que l’Autre, elle se pavane toute fière, la jeune mère, en me poussant devant elle. Et moi, j’enrage de ne voir plus son visage !

Encore une séparation insupportable qu’il va falloir surmonter.

Et Elle, la mère, pendant que je m’attache, elle s’attache aussi ! Le lacet se resserre, comme un garrot, on ne se quitte plus, plus jamais. A la vie à la mort.

Un pour deux, deux pour un !

L’Autre, l’Intrus, le Père, qu’il aille voir ailleurs si je n’y suis pas, c’est mieux ainsi.
Et qu’il y reste surtout !

Parce que le ménage à trois, ce n’est pas évident, surtout que l’Autre, il veut toujours me virer de sa chambre et rester en tête-à-tête avec elle, celle qui me caresse, m’embrasse. « Tu parles ! »

Tu parles d’une déception, le jour c’est moi, la nuit c’est lui. Vite, je crie, qu’elle revienne et que je vois sa tête. Ca y est, elle est revenue, elle débarque : je revis !
Gagné !

L’attachement sécure, c’est une assurance-vie où l’on touche le gros lot dès le début, pas besoin d’attendre la retraite pour en récupérer l’investissement.

C’est du gagnant-gagnant comme dirait l’autre à la télé, celle qui parle de la démocratie participative.

Non mais, pas question, je suis pour la tyrannie librement acceptée et non négociable : j’aime ça !

Tout est construit autour de moi, pour que ça reste dans une stabilité, omniprésente, ça me rassure … parce que grandir, quelle horreur !

De passages en passages, qu’est-ce que l’on perd comme avantages !

Mais au moins on avance, avec des certitudes et des sécurités construites sur des bases de granit indestructibles malgré les tempêtes et les saisons.

Fondations solides, même les tsunamis de la vie ne les atteindront pas, constructions dont les étais invisibles permettent d’avancer, même dans les marécages et les sables mouvants, d’un pas, d’un seul, assuré d’être rempli de cette certitude d’être aimé !

.../...  à suivre


Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 18:30
Nous sommes très souvent confrontés, dans notre vie quotidienne,
à des situations répétitives qui en perturbent le déroulement.

Marre de se lever le matin avec un mal au dos,
Marre de courir pour conduire les enfants à l'école,
Marre des embouteillages et des parkings souterrains angoissants
Marre de travailler sans jamais avoir un instant pour souffler

Marre de ces douleurs lancinantes qui résistent au Voltarène, au Doliprane,
Marre des  douleurs et crampes aux genoux et aux mollets
Marre de cette boule qui m'étreint dans ces parkings incertains et glauques
Marre de cet écran d'ordinateur qui m'aspire, me pompe l'air,
tout le temps ....

Longue complainte,
plainte ad libitum,
sans en voir la fin,
longue et douloureuse litanie
sans cesse répétée dans le corps
chantée a capella dans l'esprit

qui vrille, notre corps et notre esprit
à chaque souffle,
un peu plus tous les jours.

j'ai mal, j'ai maal, j'ai maaal, j'ai très maaaaal;
j'ai trop mal, disent nos enfants.
Le trop est déjà ... de trop !

Litanie hypnotique qui s'inscrit dans ce corps maltraité
ce corps mal traité qui n'en peut plus mais
hypnotisé par cette souffrance inomminée,

le fascine complètement et ne le quitte plus
pas un instant de répit, de calme, de tranquillité
pour se centrer sur soi, penser à soi,
pacifier ce moi dans la tourmente.

Hypnose négative, qui ensorcèle,
emprisonne le coprs et l'esprit,
la souffrance comme langage
la souffrance comme métaphore de la vie !

Simple de dire : Non, pas çà,
 je n'en veux pas, je n'en veux plus
Sortir de cette litanie mortifère,
changer ... promis, juré.

J'arrête et j'écoute mon corps et ses langages !
Hypnose pour changer,
pour reconstruire un corps silencieux,
enfin !

Faut-il attendre d'être malade pour aller bien ?






Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:40
1°couv

Titre étrange ou provocateur ? ou les deux ?
 Et s'il s'agissait tout simplement d'une réalité ?

Maladies et symptômes, troubles et effondrements des systèmes de défense du corps ou de l'esprit
, sont le résultat d'un long parcours, où des situations s'accumulent, se télescopent et viennent harceler un corps qui n'en peut plus mais ...

Ce parcours est jalonné de toutes nos expériences personnelles et familiales, ainsi que des conclusions et apprentissages  que nous avons élaboré tout au long de notre enfance, notre adolescence et plus tard.

Dont un gros paquet ... d'idées fausses qui régissent totalement notre vie.

Nous répétons ainsi des schémas de comportement, de pensée, de solution, qui ont plus ou moins bien marché dans le passé, que nous appliquons de façon quasi-systématique dans certaines, voire dans toutes les situations que nous traversons ... mais ne marchent plus.

Normal, chaque situation est unique en son genre,
le contexte de vie change à chaque instant, les acteurs de la situation ne sont plus les mêmes.
Sans même réfléchir nous adoptons la solution qui nous semble être la meilleure, alors qu'elle est quelquefois la pire, celle qu'il fallait éviter !

Et de répétition en répétition, d'échecs en échec, d'un déni à l'autre, des silences imposés et répétés, de ce qui se fait ou se dit, ou ne peut être fait ou énoncé, nous construisons la passerelle qui nous amène sur la rive de la souffrance.

Réussir à être malade, c'est suivre ce scénario que nul ne nous impose, mais issu de ces apprentissages inconscients. Et l'on devient alors l'Expert en maladie ou en Echecs successifs !

J'ai identifié, au cours de plus de 35 ans de pratique clinique et psychothérapique, un certains nombre de thèmes qui conduisent, de façon inéluctable à la chute.

Je les livre au lecteur, dans un langage simple, non psychiatrisant, non psychanalytique : Tout a été dit à ce sujet , y compris des énormités.

L'écriture et le langage de ce livre sont ceux de tous les jours, de l'enfant à l'adulte, en passant par l'adolescent qui traverse un des plus violents moements de sa vie : la transformation du corps et l'apprentissage des codes familiaux et sociaux rigides et figés, alors que tout change en lui.

De l'humour, de la dérision attendrie, de l'attention, de la bienveillance, du respect surtout. Jamais de terrorisme intellectuel ou de prise de pouvoir sur le patient.
Il est, et reste libre !

Libre de guérir, s'il en a envie ... mais cela à un coût : le changement !

Et c'est là le coeur du problème : changer alors qu'on sait ce que l'on a et qu'on ne sait pas où cela nous conduira, ça fait peur, normal !

Les 5 premières leçons, sont celles qui nous rendent expert en maladie, et nous permettent de réussir à être malade !
Les 5 suivantes sont celle qui nous conduisent sur le chemin de la guérison, c'est à dire de la Liberté du Corps, des Sens et de l'Esprit !

Je reviendrai, par quelques billets sur ce blog, sur les différentes leçons à désapprendre et celles qu'il faut connaître par coeur, comme une chanson qu'on aime et qui nous revient,
à chaque instant de la vie,

afin de sortir de la carrière quand nos aînés n'y sont déjà plus ...(air connu)

Mes chers Condisciples et Frères dans la Maladie,
êtes-vous prêts ... à casser ce jeu d'Enfer ?








  
Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 23:03
Comment réussir à être malade?
Certes, mais surtout, ne rien changer de sa vie !

Le symptôme est toujours l'unique solution du patient, la pire, certes, mais la seule.

Il n'a pas d'autre choix, croit-il !

Il est acculé dans une situation qui devient toxique pour lui ,

l'interaction avec les autres est liée directement à la situation et à l'apparition du symptôme.

Et rien ne change, ne peut change, ou ne doit changer !

C'est là le but de la Thérapie : mieux définir le problème, et non s'attarder sur ses conséquences (le symptôme).

Un problème bien défini a toujours une solution.

Seules les situations irrémédiables handicapantes n'ont pas de solution. (paralysie, perte d'un membre,etc)."
On fait avec", c'est-à-dire on s'adapte.

La recherche de solution doit éviter de pérenniser toutes les tentativesantérieures de solutions qui n'ont pas marché, c'est cela le premier changement.

Le deuxième consiste à faire émerger un changement de l'idée fausse qui régit la vie du patient et l'amène à répéter à l'infini un comportement qui le fait souffrir.

C'est cela l'Art du Changement !

La thérapie a une composante artistique : c'est une œuvre à deux têtes et quatre mains !

A vos claviers, les virtuoses du symptôme.... je vous attends !
Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 17:33
C'est dans la tête,
c'est psychique,
c'est psychosomatique,
 c'est un trouble fonctionnel.
Faut aller voir un psy, tout est normal !

Oui, mais ... ils ont tous faux : les médecins, les soignants, les entraîneurs, les coachs, enfin tous ceux qui sont en face de celui qui souffre et chez qui on ne touve pas toujours quelque chose !

Et pourtant, quelle souffrance !

Combien de fois ai-je entendu : il faudrait que j'ai un bon cancer pour qu'on me croit enfin !

Non, non, cher Patient, pas d'excès ni d'impatience,
pas besoin d'aller mal pour aller mieux !

Le corps a ses raisons que la raison ignore,
mais que l'inconscient, dans le secret et dans  l'intime, ne connaît que trop bien.

5% des informations que nous recevons passent par le filtre de notre conscience alors 95% des information échappent à cette capacité d'être discriminées.

Elles développent  leur toxicité dans certaines situations. ce qui peut expliquer des moments de malaise ou de mal-être à certains moments de la journée, sans trop savoir pourquoi l'on se sent ainsi.

Imaginez alors cette accumulation pendant plusieurs semaines, mois ou années,
sans jamais en avoir conscience.
Pouvez-vous soupçonner les dégâts occasionnés  sur les organes, qui dans le silence, souffrent et n'en peuvent plus mais !

Il est important de clarifier les troubles occasionnés par le stress ordinaire de la vie , troubles sans gravité puisque les différents examens se révèylent rassurants : il s'agit de troubles fonctionnels, secondaires aux difficultés de la vie. il n'y a jamis de lésion de l'organe qui souffre !

La particularité de ces troubles est  qu'ils récidivent régulièrement, malgré les bons diagnostics et les bons traitements proposés et suivis.

La maladie psychosomatique est fondamentalement différente.

Il s'agit d'une maladie avec une réelle atteinte de l'organe lésé (ulcère, psoriasis, hypertension, sclérose en plaques, asthme, eczéma, recto-colite, Crohn, polyarthrite, etc.) où le système émotionnel ancien de l'enfance et la petite enfance est impliqué, mais le patient n'en a pas conscience !

Ce n'est plus seulement dans la tête, mais aussi gravé dans le corps !
Le traitement médical ne suffit que partiellement à améliorer les lésions,
l'approche psychothérapique y aide largement.

L'hypnose médicale  a une action directe sur les symptômes par le bias des sécrétions  neuro-hormonales et les neuro-médiateurs (sérotonine, endorphines, acetyl choline, et stimulation de l'activités des lymphocytes et anticorps, entre autres) et son action sur l'humeur par son action anxiolytique et anti dépressive)

Dire que c'est dans la tête est une ineptie : le lien corps-esprit fait que le corps n'ignore rien de ce qui se passe dans l'esprit.

Et que lorsque l'esprit souffre, les cellules du corps souffrent.

L'organe lésé est souvent symbolique de la souffrance décrite.

Qui pompe l'air à l'asthmatique ?
Qu'est-ce qui ronge l'ulcéreux ?
Qui donne des boutons à l'eczémateux ?
Qu'est-ce qui pèse si lourd sur le dos de la sciatique et lui fait traîner la patte ?
Qu'est-ce qui fait ch... le colitique ?

Autant de question à se poser avant de dire : c'est dans la tête !

Mais c'est là que se pose le vrai problème pour le médecin ou le psy :

que faire de la réponse du patient  quand il répondra juste, comme toujours !





Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 13:22
La relation sexuelle est toujours empreinte d'un niveau émotionnel élevé en raison des attentes de chacun des partenaires : le plaisir de l'un et de l'autre, de l'un pour l'autre.

La sexualité fait partie des apprentissages de la vie,  conditionnés par notre environnement familial, social, culturel, nos lectures et découvertes aussi.

Il est donc aisé de comprendre que si l'apprentissage d'une langue ne permet pas de la parler couramment en quelques jours,
celui de la sexualité relève du balbutiement au début,
puis de la découverte de comportements amoureux et sexuels
qui conduisent alors au plein succès et l'épanouissement d'une sexualité réussie.

La découverte de la sexualité dans des conditions de contrainte, de violence, d'agression ou de maladie bridant le désir ou le plaisir,  entraîne des troubles qui deviennent une barrière difficilement franchissavle pour l'un ou l'autre partenaire.

Il est donc essentiel que cet apprentissage se déroule dans les meilleures condition afin de conduire du désir au plaisir.

L'état amoureux et de désir sont identiques à l'état hypnotique.
En effet, les deux partenaires se fascinent mutuellement, se suggestionnent également et sont complètement dissociés de la réalité environnante.

Ne dit-on pas que "les amoureux sont seuls au monde" et  "qui dit amoureux dit aveugle" ?

C'est en ce sens que l'hypnose médicale, basée sur la capacité du patient à changer, est une des meilleures indications des troubles sexuels.

Cette hypnose respectueuse de la liberté du patient
lui laisse en permanence son libre puisqu'il reste capable à chaque instant de faire le travail qui lui convient
de participer activement au processus de guérison
tant pendant la séance que chez lui où il  pratique l'auto-hypnose qu'il aura apprise avec son thérapeute.
Parfois aussi, le couple apprendra l'hypnose à deux afin d'activer plus rapidement sa propre solution.

Cette approche effectuée par un médecin ou un psychologue ayant une authentique culture de psychopathologie
évite de passer par la suggestion massive que certains "hypnotiseurs" ou autodidactes de l'hypnose utilisent afin de tenter de faire disparaître le symptôme, qui revient bien évidemment dans les semaines qui suivent.

Le problème doit, en effet , être résolu à un niveau inconscient pour disparaître.

L'accès se fait par le patient au cours de sa séance d'hypnose, où il cherche  et trouve la ressource qui lui permet  de guérir.

Il faut, auparavant, s'assurer qu'il n'y a pas de troubles organiques (diabète, maladie artérielle, hypertension, hypothyroïdie, sclérose en plaques, etc.) avant de mettre en route cette approche psychothérapique qui ne peut se contenter d'un à peu près, mais d'une réelle connaissance de la physiologie et de la psychologie du désir et de la sexualité.

L'hypnose médicale recrée les conditions idéales pour faire réapparaître le désir sexuel, le plaisir,  traiter les troubles de l'érection, de l'éjaculation, travailler sur les blocages psychiques, l'angoisse, le stress, l'idée obsessive de la répétition de l'échec, de la douleur,  sur la dépression parfois associée.

Il s'agit d'une thérapie brève :  6 à 10 séances au maximum.

Il n'est pas obligatoire de faire une psychothérapie, qui n'est pas souhaitée,  pour une difficulté sexuelle !

Alors, pour notre plaisir, "entrons dans la transe"  et laissons nos corps danser et chanter ... à deux voix !

Dr Victor SIMON
www.hypnose.org


prob_sexuels.jpg






Comment résoudre ses problèmes sexuels par l'hypnose,
co-écrit avec le Dr Sylvain Mimoun. Editions L'Esprit du Temps. Paris. 2009 


Lien  vers La Première, radio ofiicielle belge, de Bruxelles,
interview sur le livre
http://www.rtbf.be/lapremiere/emission_parlez-moi-d-amour?id=1008


Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 21:41
Que de crimes ne commet-on pas au nom de l'Amour ?

Inquantifiables tant ils sont connus de tous
totalement impunis !

Quels rapports entre la bouffe et l'amour ?

Innombrables et  inclassifiables,
du domaine du secret, de l'intime,
où seul, dans le désert affectif de sa vie,
le sujet  survit comme il peut,
se remplissant de ce qui lui est le mieux connu de lui, l
e plus proche aussi, le plus facile à trouver, le plus investi émotionnellement surtout.
LA BOUFFE,
JE BAFFRE !

Allo, maman bobo !
C'est insupportable,
ce vide autour de moi,
ce vide en moi,
qui me dévore et me ronge
que rien ne calme ou n'apaise
sauf ...
ce souvenir de toi,
de tes bonbons, tes gâteaux,
tes pâtes sublimes dignes de la Mamma,
tes yaourts
tes merveilleuses tartines de Nutella qui m'attendaient au sortir de l'école
fidèles au rendez-vous tous les jours
et toi,
veillant à ce que je manque de rien,

mange, mange, mon chéri,
mange ma chérie,
mange, je les ai préparées pour toi !

Souvenir doux et tendres de moemnts sublimes
de souffrances enfouies aussi
en attendant que maman rfentre à la maison.

Puis, 20 ans après,
dans le désert de l'Absent,
dans les brouillards du Manque,
dans les brumes de la Solitude
dans les draps de l'Ennui
dans les marécages de la Boulimie,

je me bourre et me gave
en trompant tout le monde
en me trompant aussi
inconsciemment , bien sûr !

Ce n'est pas de la bouffe que j'ingurgite
vite, très vite,
c'est le Manque de ces Amours trop tôt interrompues
c'est le plein d'émotions, de sentiment d'amour
d'un amour improbable, aussi
que je cherche passionnément
à colmater...
Errance et déserrance infinies.

JE TE DEVORE passionnément
JE DEVORE mon ennui
JE VOMIS ma souffrance
J'EN CREVE ...

Hypnotisée par la bouffe
Hypnostisée par la souffrance

Que me reste-t-il sinon me faire deshypnotiser
Ne mettre dans mon assiette
que des aliments
des aliments seulements
Plus jamais d'émotions !

Liberté retrouvée où le corps , apaisé,
sait alors exactement ce qui lui convient
pour se sentir bien.

Enfin !






Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 13:26
Depuis le 6 décembre 2009, 15 cas confirmés de maladie du charbon ont été signalés chez des consommateurs d’héroïne, 14 en Ecosse et 1 en Allemagne.

Huit personnes sont décédées.

L’origine la plus probable des infections et des décès est la consommation d’héroïne contaminée par des spores du charbon.

Parmi les personnes concernées, la plupart a consommé l’héroïne par voie injectable, mais certains également par voie inhalée ou fumée.

Aucune caractéristique particulière, comme l’aspect ou la couleur ne permet de déterminer si l’héroïne est contaminée par les spores du charbon.

De plus, elle se dissout ou se consume de la même manière qu’une héroïne non contaminée. Il est possible que le produit contaminé circule dans d’autres pays européens dont la France.

La maladie du charbon est une infection causée par une bactérie qui persiste dans l’environnement extérieur sous forme de spores très résistantes.

L’infection qui en découle est très grave et peut être mortelle en l’absence de traitement.

Dans les cas d’utilisation d’héroïne contaminée, les premiers signes de l’infection par le bacille du charbon peuvent être des rougeurs et des gonflements aux sites d’injection notamment, ou s’étendant rapidement, même à distance du point d’injection

La fièvre est supérieure à 38°5.

En présence de ces symptômes, ou d’une simple fièvre, il faut consulter d’urgence en mentionnant la consommation d’héroïne.

Un traitement antibiotique précoce est essentiel et efficace.

Source : communiqué « Cas groupés de maladie du charbon chez des consommateurs d’héroïne en Ecosse et en Allemagne » Afssaps, OFDT, MILDT InVS, Ministère de la santé 19/01/10
Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 23:24
Etonnantes décisions d'Air France, qui se met au diapason des compagnies internationales d'aviation.

Encore plus étonnants commentaires de Christian Barbier dans l'Express (http://www.dailymotion.com/video/xbxbgn_obeses-a-qui-la-faute-y_news) qui fait une saisissante leçon de choses sur l'Obésité.

Il distingue, magistralement, qu'il y a deux types d'obèses !
mais où a-t-il pu lire cela ?

      - Ceux qui le sont par programmation génétique ...bigre, ça me rappelle quelque chose et quelqu'unà la moustache ombrageuse et à la mèche  tombante.
qui doivent êtrre pris en charge  par la collectivité et ne doivent pas payer deux places d'avions pour un billet !

     - Ceux qui ne font aucun effort de volonté et bouffent sans aucun contrôle,  s'empiffrent sans jamais ne rien faire d'autre, et ceux-la doivent banquer double billet parce que ce sont des larves incapables de faire autre chose que de baffrer !

Schindler, au secours, reviens, ils deviennent "relous"

Doucement Monsieur l'Expert,
vous me semblez un tantinet ayatolesque dans vos certitudes et vos conclusions hâtives.

Quand on bouffe à ce niveau, ce n'est pas de la nourriture qu'on ingurgite ! 

C'est de l'Amour, de l'Affection, de la Tendresse, de Désir,
d'autres choses aussi dont on se goinfre, tant on en manque !

C'est une façon, la seule pour eux, la pire, de combler les vides de leur vie, les deuils de leur vie, la solitude de leur vie, les échecs, les trahisons, les loyautés aussi !

Allez expliquer à un adolescent obèse qu'il ne doit surtout  pas ressembler à son père et à sa mère, qu'il doit être mince.

Pour en avoir reçu quelques uns, c'est trahir sa famille que de ne pas vouloir leur ressembler.

Demandez lui de faire UN EFFORT .... vous plaisantez, combien de temps tiendra-t-il ? Deux jours, dix jours ?

On ne maigrit pas en cultivant la frustation,
on ne maigrit que par plaisir :

se sentir rempli de ces plaisirs ordinaires qui nous abreuvent sans jamais nous gaver,
nous nourrissent sans jamais nous goinfrer,
nous remplissent de ce bonheur indicible d'aimer et être aimé pour ce que l'on est,
jamais pour ce que l'on croit devoir être  aux yeux des autres.

C'est ce que fait l'hypnose, banalement, simplement !

Moment extraordinaire que le patient se crée dans son auto-hypnose,
pour se remplir sans fin de cette nourriture impalpable :

La Légèreté !




Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:46
Eternelle question ! 
La réponse?  Simplissime !

L'hypnose tout d'abord  C'est un état naturel et spontané que nous traversons plusieurs fois par jour sans y prêter attention. Moments de rêverie où l'on décroche de ce qui nous entoure, afin de nous extraire d'un moment ennuyeux, pénible, douloureux à vivre ou à supporter.
Nos états particuliers où nous rêvassions, enfants,  à l'école, à la partie de foot avec les copains, état de fascination devant un jeu ou la télé, complètement immergé dans une situation où plus rien n'existe autour de nous, ou tout simplement ces états de rêverie dans le métro, le bus, ou quand on est en pilote automatique et qu'on conduit sa voiture sans réflechir et que l'on est surpris d'être arrivé chez soi ...

Moments hypnotiques spontanés, qui nous permettent de soufller un instant, de nous  régénérer ou d'évacuer toutes les tensions d'une journée. Cette hypnose correspond à auto-hypnose naturelle et spontanée.

L'hypnose médicale
  Elle utilise en amplifiant ces réponses bien connues d'un patient, qui est déjà le plus souvent enfermé dans une auto-hypnose négative et douloureuse générée par son symptôme.

L'hypnose ancienne, celle effectuée par Charcot, Freud, Chertok, et leurs élèves, consiste à utiliser la suggestion directe pour tenter d'écraser un symptôme et le faire disparaître. Pour cela, le patient doit être très suggestible afin de laisser passer une suggestion de guérison, qui se comporte comme une greffe sur l'inconscient du sujet. La greffe est toujours rejetée.
L'expérience prouve que le pouvoir de cette suggestion s'efface en moins de deux mois. Ce qui cultive la dépendance au thérapeute, et rend le sujet passif.

L'hypnose ericksonienne  est fondamentalement différente. Elle est basée sur le principe que le symptôme apparait quand un sujet est confronté à une situation sans issue, pour laquelle il ne trouve pas de solution. Il la cherche consciemment et n'y arrive pas.

Normal  : le symptôme est logé dans l'inconscient,  la solution ne peut donc venir que de celui-ci. Il est notre réservoir à ressources dans lequels nous stockons, nos solutions, nos apprentissages réussis, notre savoir et notre savoir-faire.

Le seul moyen de trouver, tout seul, sans suggestion intrusive, la solution, celle du patient et du patient seulement. consiste à entrer en hypnose afin d'ouvrir la "bibliothèques aux ressources" et d'accéder à la meilleure solution, la plus simple, la plus adaptée, celle qui permet au patient de guérir ou de résoudre la problème dans lequel il est englué.

C'est en ce sens que l'on peut dire que le patient participe activement à la thérapie, devient lui-même un co-thérapeute, puis son propre thérapeute.

Pour cela, nul n'est besoin de chercher les origines du problème et de comprendre pourquoi l'on souffre. La thérapie consiste à chercher comment sortir du problème , en trouvant cette solution issue de l'inconscient du patient.

il n'y pas lieu d'envisager alors une thérapie longue, parfois douloureuse, pas toujours souhaitée par le patient.

Elle est indiquée pour tous les troubles psychosomatiques, fonctionnels, troubles du comportement alimentaires ou autres, les peurs, agoisses, phobies, TOC, troubles de la sexualité, de nombreuses autres indications
(voir sur www.hypnose.org)

L'hypnose ericksonienne est une thérapie brève, qui en dix ou douze séances permet d'accéder au Changement et à la résolution du problème.

Puissance de l'Inconscient ericksonien !
Pour la Liberté : liberté du Corps, des Sens, de l'Esprit !

Révolutionnaire, non ?
Repost 0
Published by Dr Victor SIMON
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dr Victor SIMON
  • Le blog de Dr Victor SIMON
  • : Comment l'hypnose ericksonienne peut être utilisée en médecine praticienne quotidienne et en psychothérapie. Utilisation complémentaire de la Thérapie Brève , de la Thérapie famiiale dans la troubles individuels, du couple, de la famille. Dans les violences faites aux femmes également.
  • Contact

Profil

  • Dr Victor SIMON
  • Médecin spécialiste
  • Médecin spécialiste

Recherche

Liens